English Adhérer/Renouveller Recherche Contactez-nous Ouvrir Session

RÉSUMÉ

Les 20 et 21 mars 2021

(par vidéoconférence)

 

Personnes présentes :

  • Nick Jones, président de l’ACVL et directeur de l’Ontario
  • Randy Parkin, vice-président de l’ACVL et directeur de l’Alberta
  • Tim Parker, secrétaire-trésorier de l’ACVL
  • Chris Jette, directeur des provinces atlantiques
  • Tyler Gillies, directeur de la Colombie-Britannique
  • Jon Lovering, directeur des Prairies
  • Logan Small, directeur du Yukon
  • Bastien Dufour, directeur du Québec
  • Margit Nance, directrice générale de l’ACVL

(Martin Palmaz, directeur général de l’USHPA et JP Robert Vandenbegine, président du comité des compétitions de l’ACVL, étaient présents pour certains points de l’ordre du jour.)


AFFAIRES DE L’ASSOCIATION :

Nick Jones, président de l’ACVL, a fait une présentation sur l’augmentation du nombre de membres en 2020, l’état des initiatives nationales, comme la prolongation des annotations des instructeurs approuvée par le conseil d’administration, compte tenu de la difficulté des instructeurs à offrir des cours en période de pandémie et le renouvellement de la police d’assurance de l’ACVL pour 2021-2022.

Cette présentation a été suivie par une présentation de la part des directeurs de toutes les régions. Parmi les faits saillants, nommons l’ajout de Sun Peaks Resort comme site majeur utilisable à l’année en C.-B., le redémarrage de l’Alberta Hang Gliding and Paragliding Association, la réponse positive du Provincial Park System de la Saskatchewan pour permettre la pratique du sport dans les parcs provinciaux de la province, l’ouverture d’une nouvelle école appelée Northern Glide comptant sur des instructeurs certifiés dans la région d’Ottawa/Gatineau, la fermeture de l’école Voiles4Saisons au Québec (l’instructeur principal qui y travaillait continue de certifier des instructeurs). Les autres instructeurs de cette école devraient démarrer leur propre école. Des problèmes liés à certains sites ont été signalés au Québec. Dans les provinces atlantiques, les membres du conseil et les instructeurs ont collaboré en matière de surveillance des examens, afin de continuer l’octroi d’annotation des pilotes pendant la pandémie. Une station de ski du Cap Breton a également ouvert ses portes au parapente.

La présentation de la directrice générale, Margit Nance, a porté sur la participation du bureau de l’ACVL à des projets clés, tels que le projet de modernisation de l'espace aérien de Vancouver, les négociations menant à l’obtention d’une police d’assurance pour l’ACVL, des questions juridiques, les consultations auprès des associations provinciales, la coordination des négociations en cours avec Parcs Canada, les consultations avec les organisations internationales sœurs ainsi que les activités internes, telles que le soutien aux membres du conseil, notamment l’évaluation des élèves par le vice-président, la rédaction et l’édition des bulletins, la coordination des comités et les services complets à plus de 1100 membres, comme l’émission d’annotations, les certifications d’instructeur, la distribution des carnets de vol ainsi que le traitement des demandes des membres, des instructeurs et du grand public.

Une discussion sur les processus de projet a eu lieu relativement au lancement et à l’achèvement de projets par les membres individuels du conseil de l’ACVL. Les membres du conseil sont invités à d’abord présenter leur projet au conseil, afin d’obtenir l’assentiment général et du soutien avant de présenter les projets achevés. Il est également important de tenir les membres informés de l’état des projets. 

L’assignation des portefeuilles des membres du conseil pour 2021 a été effectuée (ce processus permet de distribuer les travaux liés aux politiques de l’ACVL parmi les membres du conseil) : Tyler Gillies continuera de s’occuper du projet Speedflying, Chris Jette s’occupera de l’instruction, Jon Lovering continuera de s’occuper de l’examen du vol en tandem, Logan Small conserve la technologie, Randy Parkin conserve les communications et s’occupera des compétitions, Bastien Dufour conserve la sécurité et Tim Parker poursuit son mandat de secrétaire-trésorier.


QUESTIONS JURIDIQUES ET LIÉES AUX ASSURANCES

Dans le renouvellement récent de la police d’assurance de l’ACVL, une limite de 500 000 $ par réclamation et comme total a été ajoutée à la police d’assurance responsabilité commerciale générale, qui couvre les dommages corporels et à la propriété des tiers pour toute réclamation découlant de l’instruction inadéquate. La police comporte toujours une exclusion pour les blessures subies par les participants, qu’elles découlent de l’instruction ou non. Le processus d’émission de certificats d’assurance a dû être changé pour un système qui requiert plus de travail. Le certificat doit maintenant être émis par le courtier, et non par l’ACVL, en raison de la falsification d’un certificat en 2020 par un membre en Colombie-Britannique.

Une discussion sur les questions de propriété intellectuelle de l’ACVL a porté sur la différence entre les concepts de « source ouverte » et de « domaine public », particulièrement en ce qui a trait à la documentation partagée entre les associations. Nick Jones a suggéré que tous les bénévoles du conseil et des comités signent une entente, de manière à ce que tout le matériel créé sous l’égide de l’Association demeure la propriété de l’Association. C’est aussi une question de responsabilité.


COMMUNICATIONS ENTRE L’ACVL ET LES MEMBRES

Randy Parkin a déclaré qu’il n’y avait aucun dossier disciplinaire en cours. Il a simplement souligné l’importance de rappeler aux pilotes, ce qu’il fait sur une base individuelle, de ne pas contrevenir à la règlementation sur les espaces aériens.

Il a également fourni un aperçu du sondage auprès des élèves, qui entame sa troisième année. Il y a eu des améliorations à l’utilisation du carnet de formation obligatoire pour les élèves de niveau P1/P2 et D1/D2; les pilotes semblent également plus confiants quant à la formation reçue.  Certains instructeurs nous ont fait part de leurs préoccupations par rapport au temps qu’il faut aux pilotes pour terminer le niveau Novice P2 (22,3 semaines en moyenne). Dans certaines écoles, un seul instructeur octroie les annotations de tous les élèves, ce qui rend difficile l’évaluation d’instructeurs individuels dans les écoles où l’enseignement s’effectue en équipe.

Margit Nance a parlé d’une série sur la météorologie à l'émission The Nature of Things, à la CBC, pour lesquelles le parapente a joué un rôle important. La plupart des séquences ont été filmées aux championnats nationaux de 2019 et mettaient en vedette les pilotes Nicole McLearn, Kevin Ault et Brett Hazlett..


RAPPORTS ET PROPOSITIONS DES COMITÉS

Au nom du comité de sécurité, Bastien Dufour a parlé du plan de travail du Comité et de ses projets à venir, tels que la comparaison. Il a également proposé une hausse de deux du nombre de membres qui siègent au comité; idéalement un qui provient du secteur du deltaplane et un du secteur du « speedflying » (deux pilotes de parapente siègent actuellement au comité). Bastien a déclaré qu’il était prêt à assurer l’intérim à la présidence du comité de sécurité.

JP Robert Vandenbegine, nouveau président du comité des compétitions, s’est joint à la réunion pour présenter le rapport du comité et proposer des objectifs à court et à long termes pour le comité. Il a encouragé la participation de concurrents étrangers aux compétitions canadiennes, afin qu’ils agissent comme mentors pour les nouveaux pilotes de compétition canadiens et assurer une relève du mentorat dans les compétitions internationales par des pilotes canadiens. Il a également proposé le remplacement du vieux système de pointage du NTSS par le système du CIVL utilisé à l’échelle mondiale. Le conseil d'administration s’est entendu pour affirmer que les directeurs de compétitions étrangers pouvaient participer à la présentation de compétitions canadiennes, à condition qu’une forme de mentorat ou de formation des directeurs ait lieu, afin d’assurer le développement des directeurs au Canada. Robert a également fait mention de son intention de lancer une « académie de la compétition », qui offrirait aux compétiteurs une voie pour se développer.

Le sujet de l’autorecertification des instructeurs principaux a été soulevé par un instructeur et une préoccupation voulant que les échelons d’instructeur principal soient statiques; en effet pour être admissible, un instructeur principal doit donner un cours d’instructeur tous les trois ans. L’instructeur a également suggéré que l’ACVL « embauche » des instructeurs pour enseigner dans les secteurs comptant peu ou pas d’instructeurs. Nick Jones a abordé ce sujet avec le conseil d’administration : bien que les politiques associées aux instructeurs et aux instructeurs principaux aient probablement besoin d’une révision, il ne s’est pas dégagé de consensus pour affirmer que le système est déficient. Le conseil est unanime pour affirmer que l’ACVL ne devrait pas « embaucher » d’instructeurs, ce qui l’entraînerait dans une pratique d’instruction commerciale.


RAPPORTS SUR LES PROJETS

Le projet « Speedflying » a été passé en revue par Tyler Gillies. Un plan de cours de « Speedflying » et un système d’échelons avaient été développés par certains pilotes de la USHPA, avec l’aide de pilotes de la Nouvelle-Zélande et d’un pilote du Canada. Selon ce concept, la USHPA, la NZHGPA et l’ACVL pouvaient partager le matériel. Martin Palmaz, directeur principal de la USHPA, a été invité à la réunion pour ce sujet. Il a déclaré que, après la publication du plan de cours et du système d’annotation par le comité sur la sécurité et la formation de la USHPA, le matériel serait envoyé aux membres de la USHPA pour une période de commentaires de 30 jours, avant d’être présenté au conseil d'administration de la USHPA pour la création de procédures et le vote. Il a aussi précisé qu’il travaillerait à une entente prévoyant l’utilisation partagée, afin que certaines associations nationales puissent utiliser ce matériel. Par la suite, le nouveau système d’annotation devra être intégré au site de gestion des membres de la USHPA. Le processus serait similaire au Canada.

Des questions de capacité à souscrire une assurance ont été soulevées, mais, pour le moment, les compagnies d’assurance ne font pas de différence entre les adeptes du parapente et les adeptes du « speedflying » et aucune donnée n’est compilée sur un taux d’accident potentiellement supérieur. Un des membres du conseil a effectué des recherches sur les données liées aux accidents de « speedflying » aux fins de vérification.

Le conseil a réaffirmé sa décision de la réunion annuelle de 2020 selon laquelle l’ajout du « speedflying » à nos activités et le fait d’offrir de l’instruction de qualité amélioreraient la sécurité globale des pilotes qui font déjà du « speedflying » clandestinement,et ce, qu’ils soient membres ou non d’une association. À court terme, le plan de cours proposé pour le « speedflying » serait envoyé au conseil des instructeurs principaux et aux autres instructeurs pour obtenir des commentaires.

Jon Lovering a déclaré que le projet sur la certification du vol en tandem n’a pas progressé au-delà du sondage auprès des instructeurs et pilotes de tandem qui a été effectué à l’automne 2020.


BUDGET ET FINANCES

Tim Parker a déclaré que, dans les neuf mois précédant décembre 2020, 996 membres ont effectué leur renouvellement en plus des nouveaux membres. Le conseil a discuté de l’enveloppe budgétaire pour les compétitions et s’est entendu pour affirmer que le financement de soutien offert par l’ACVL doit continuer de se concentrer sur les compétitions régionales et nationales au Canada, ainsi que sur les compétitions internationales.

Nick Jones a rappelé au conseil que du financement serait également requis pour traduire le plan de cours sur le « speedflying » qui est relativement long. Tyler Gillies a déclaré qu’un carnet de formation devrait aussi être créé pour le « speedflying », mais que les carnets existants pourraient servir de modèle.

Les directeurs ont également confirmé que tous les produits pour lesquels le comité des compétitions utilise le logo de l’ACVL (par exemple : des t-shirts pour Équipe Canada) doivent être d’abord approuvés par le conseil d’administration par l’entremise du bureau de l’ACVL, afin de préserver la marque de l’Association.

Tim Parker a indiqué que l’ACVL bénéficie de réserves correspondant à une année entière de dépenses d’exploitation, à titre de protection contre la hausse des primes d’assurance et des frais juridiques liés à des causes futures.

Tim Parker a également présenté les exigences des associations provinciales en matière de documentation, qui permettraient à l’ACVL de continuer à percevoir les frais des associations provinciales au nom de ces dernières, le cas échéant (au Yukon, en Colombie-Britannique, en Alberta, dans les provinces atlantiques et au Québec). Les associations provinciales doivent faire parvenir leur documentation d’enregistrement au secrétaire-trésorier, afin d’être admissibles au transfert annuel de fonds vers l’association provinciale et à la poursuite de la perception des frais en son nom.

Tim Parker a recommandé au conseil de l’ACVL de présenter une demande pour devenir une association canadienne enregistrée de sport amateur. Parmi les avantages que ce statut offre, l’ACVL pourrait recevoir des dons et remettre des reçus fiscaux.

PRIX DE L’ACVL/HPAC

Margit Nance a présenté les nominations reçues par les membres. Le conseil a confirmé que toutes les nominations doivent comprendre une description du service rendu par le membre et qui le rendrait admissible à un prix. Tous les prix sont tenus confidentiels, afin de donner à la personne qui présente la nomination de surprendre le récipiendaire du prix à un événement local de son choix.


ÉLECTIONS À LA PRÉSIDENCE ET À LA VICE-PRÉSIDENCE ET NOMINATION DU SECRÉTAIRE-TRÉSORIER

Les personnes suivantes ont été élues/nommées à l’unanimité :

  • Président : Nick Jones (Nick Jones s’est abstenu de voter) 
  • Vice-président : Randy Parkin (Randy Parkin s’est abstenu de voter) 
  • Secrétaire-trésorier : Tim Parker (nommé) (Tim Parker s’est abstenu de voter)

Des élections régionales auront lieu à la fin de l’automne 2021 en Alberta, au Québec et au Yukon.

Mai 30 2021   Haut Haut